AUBANCE TEAM RACING

 

 

 

 

 

 

300 MILES DU VIGEANT

26 et 27 AOUT 2006

 

 

Lieu : Circuit du Vigeant ( 86 - Vienne )
Météo : Super PLUIE le vendredi. Sec et nuageux le samedi.

Comme pour Nogaro, Jérôme, Denis, Marie et Aline sont arrivés le jeudi en fin d'après midi. A mon arrivé vers 8h30 en compagnie d'Arnaud, un de nos deux mécanos du week-end et de Dylan. Le temps est pourri, il pleut. Suite à mes sensations de fourche dur, Jérôme a vidangé la fourche et remit le bon niveau d'huile, en fait à Nogaro il y en avait trop. Première séance d'essai libre, c'est moi qui m'y colle, je pars seul au bout de la Pit Lane (voie des stands) et j'effectue environ trois tours sans que personnes ne prenne la piste, le circuit du Vigeant pour moi tout seul LE BONHEUR. Les conditions ne sont pas top, la piste est mouillée, les pneus et les plaquettes sont neufs, je ne prends pas de risques. Par contre j'ai toujours cette sensation de fourche trop dure qui ne me transmet aucune information. A mon retour on décide de l'assouplir un peu. Deuxième séance en fin de matinée, c'est Jérôme qui part également sous la pluie, pour lui pas de gêne concernant la fourche, mais la mesure en statique du débattement en dit long, la fourche pourrait travailler sur 3cm de plus, bizarre. Les conditions météo n'arrangent rien puisqu'il est impossible d'effectuer de gros freinages et de grosses accélérations. Viens l'heure du déjeuner, puis les contrôles techniques et administratifs. Fin d'après midi, c'est autour de Denis de s'élancer, il ne pleut plus mais la piste est trempée. Comme à Nogaro, au bout de plusieurs tours il chute. Cette fois il y joué de malchance, à la sortie du virage serré du puits, son pied à glissé du calle pied, en posant le pied par terre la moto s'est déséquilibrée et avec le sol mouillé il a perdu l'avant. On prend les mêmes outils et on recommence les réparations des carénages.
En soirée, Guillaume, Magalie et Sabrina arrivent. Diner, débriefing sur les réglages de suspensions car on a toujours pas trouvé de solution et au lit…

Samedi matin, il ne pleut plus, la piste est sèche, c'est Jérôme qui s'élance pour la première séance d'essai qualificative. Il nous fait un 2mn01'58s qui nous place provisoirement en 4ème position. Une heure plus tard c'est Denis qui s'élance, son meilleur passage est chronométré en 2mn06'455s, au provisoire on est autour de la dixième place. Denis n'est pas très content de sa prestation, sa chute d'hier et le manque de feeling sur la fourche avant ne lui on pas permit de tourner dans ses temps habituels régulier (2mn02s). Pour ma part je suis confiant, j'ai beaucoup tourné au Vigeant cette année, avec des temps régulier en 1mn57s et un scratch avec mon 600 kawa en 1mn55'55s, je me suis fixé comme objectif de descendre en 1mn58s avec le ducat' à Jérôme. Ma séance qualificative arrive, je pars prudemment pour faire chauffer les pneus, puis au bout de deux tours je me décide à forcer le rythme, mais là pas de feeling, je suis bien sur les trajectoires, mais je ne suis pas bien régler sur mes repères de freinage, j'ai en tête ceux d'avec mon 600, mais avec le 900 on n'arrive moins vite donc beaucoup de marge au freinage, voire même obliger de ré accélérer avant la corde, c'est du n'importe quoi et toujours c'est fourche que je trouve trop dur… Au final mon meilleur tour en 2mn02'159s, je suis à la rue et très déçu. Ce n'est pas grave je me rattraperais en course. Au final on est 14ème sur la grille de départ.

Lacôme, mécano en chef arrive, on lui parle de la fourche, il la teste en statique et confirme qu'il a un problème : un point dur qui la bloque la compression. On décide alors de trouver le meilleur compromis possible entre l'avant et l'arrière. Tous les réglages sont modifiés, ce qui ne rassure pas Jérôme.

Installation dans les stands, déjeunés, pré-grille, comme d'habitude. Jérôme pour sa dernière course n'est pas décidé à prendre le départ, c'est donc moi qui est pressenti. A force de lui proposer et de le motiver, il se décide à le prendre à 15mn du baisser du Drapeau. Une fois de plus il part comme une balle et au premier passage il est neuvième, il a gagné 5 places. Il fera un relais parfait, régulier en 2mn01s, il passera sous la barre des 2mm (1mn59'98) pour la première fois. Ayant eu 6 tours sous Safety Car, son relais sera prolongé d'autant, il effectuera 35 tours, soit près d'1h20mn de course. Au bout d'heure de course il est pointé à la quatrième place, lorsqu'il rentre pour le ravitaillement on est troisième. C'est moi qui prends le deuxième relais. Jérôme me dis que tout est OK. Denis est au béquillage, pendant le remplissage du réservoir, je demande à Denis de vérifier l'état du pneu arrière car de ma position je trouve marqué, son visage est si expressif que je comprends tout de suite que le pneu est bien entamé. Les modifications de réglage des suspensions font travailler davantage le pneu, on na pas le choix on sera obligée de le changer, je repars comme cela et on le changera au prochain relais. Dans ces conditions je n'ai pas le choix, il faut attaquer le plus possible et prendre des précieuses secondes d'avance pour combler le temps que l'on perdra à changer la roue arrière. Dès le départ j'attaque, la confiance reviens, les sensations transmises par la fourche ne sont pas top mais c'est mieux. Dès le quatrième tour, je suis en 1mn59'9s. On me panneaute en sixième place, puis cinq, puis 3. Je ne relâche rien, un temps en 1mn59'77s, des tours régulier en 2mn00, avec un arrière qui glisse de plus en plus, mais je prends un pied fou. Quelques tours plus tard je suis deuxième puis premier. Drôle de sensation tout d'un coup, je suis en tête après 35mn de mon relais, que dois je faire, assurer ou continuer d'attaquer ? Trois tours derrière le Safety car me permettrons de souffler un peu et de me dire que maintenant personne doit me doubler. Je finirais mon relais en tête, ayant parcourus 37 tours, soit plus d'1h20mn de course. A mon arrivé dans les tout est préparé nickel, le changement de roue s'effectue en un temps éclair, le plein et Hop Denis saute sur la moto et repart. En principe il doit rester suffisamment d'essence pour finir. Suite au changement de pneu on est 5ème. Il reste encore 1h10mn de course, pour Denis la tache n'est pas facile, il doit attaquer pour regagner des places, y'a pas il faut qu'on le fasse ce podium !!! Deux tours pour roder le pneu arrière et il se lance, ses chronos descendent un peu par rapport au qualif mais il bloque autour des 2mn04s, cela ne l'empêche pas de reprendre la quatrième place. Dans les stands c'est tendu, on ne va pas crever au pied du podium, à chaque passage on encourage Denis. A son vingtième passage il nous claque un 2mn01'9s, ca y est, il a trouvé la bonne combinaison, il passe troisième, le deuxième est à peine à 20 secondes devant mais Denis est plus rapide, il améliore son chrono en 2mn'00'9s. Il enchaine, cinq tours plus tard on est deuxième. Le premier à 1 tour d'avance, mais Denis ne lâche rien, il le doublera même dans l'avant dernier tour. Dans les stands on est très stressé, va-t-il avoir assez d'essence, le fait d'avoir doublé le premier, l'oblige à faire un tour de plus, le drapeau à damiers tombe C'EST FAIT ON EST DEUXIEME. On explose de joie, on va accueillir Denis au parc fermé, il ne peut plus marcher, suite à sa chute d'hier son genou est gonflé. On le porte sur le PODIUM, quel moment magique, inoubliable et très difficile à exprimer.

Un grand merci à tous ceux qui nous soutiennent et nous aident à vivre notre passion, milles merci à tous ceux qui viennent nous assister et nous encourager sur les courses. On vous donne rendez vous en 2007 et on vous promet de tout faire pour aller chercher une victoire…

Olivier